Algérie : au moins 65 personnes tuées alors que les incendies ravagent les forêts et les villages à l'est de la capitale
Algérie : au moins 65 personnes tuées alors que les incendies ravagent les forêts et les villages à l'est de la capitale

Algérie : au moins 65 personnes tuées alors que les incendies ravagent les forêts et les villages à l’est de la capitale. Les morts comprennent des soldats qui ont été tués en sauvant les habitants des incendies de forêt qui ravageaient les forêts de montagne et les villages à l’est de la capitale, Alger.

Au moins 65 personnes ont été tuées dans des incendies de forêt qui ont éclaté en Algérie, selon les reportages de la télévision d’État.

Les responsables ont déclaré que le nombre comprenait 25 soldats tués en essayant de sauver les habitants.

Les incendies ont ravagé les forêts et les villages à l’est de la capitale, Alger, dans la région kabyle, recouvrant la zone montagneuse d’épais nuages ​​de fumée.

Le Premier ministre Ayman Benabderrahmane a déclaré à la télévision d’État que les flammes semblaient être « hautement synchronisées », ajoutant que « porte à croire qu’il s’agissait d’actes criminels ».

Il a appelé la communauté internationale à aider et a déclaré que le gouvernement était en pourparlers avec des partenaires pour louer des avions pour éteindre les incendies. La région n’a pas d’avion de déversement d’eau.

Les pompiers et l’armée tentent toujours de contenir les flammes.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a déclaré sur Twitter que les soldats ont sauvé plus de 100 citoyens des incendies dans les deux zones de la région montagneuse.

La région kabyle, située à 100 km à l’est d’Alger, la capitale algérienne, est parsemée de villages difficiles d’accès.

Certains villageois fuyaient, tandis que d’autres tentaient eux-mêmes de contenir les flammes, à l’aide de seaux, de branches et d’outils rudimentaires.

Les morts et les blessés se sont produits autour de la capitale kabyle de Tizi-Ouzou, qui est flanquée de montagnes et à Béjaïa, au bord de la mer Méditerranée, a déclaré le président.

Auparavant, le ministre de l’Intérieur Kamel Beldjoud s’était rendu en Kabyle pour évaluer la situation et avait également attribué les incendies à des incendies criminels.

“Seules des mains criminelles peuvent être à l’origine du déclenchement simultané d’une cinquantaine d’incendies dans plusieurs localités”, a-t-il déclaré, bien qu’aucune arrestation n’ait été annoncée.

Il a déclaré que la priorité était d’éviter davantage de victimes et s’est engagé à indemniser les personnes touchées.

Une femme de 92 ans qui vit dans le village montagnard kabyle d’Ait Saada a déclaré lundi soir que la scène ressemblait à “la fin du monde”.

“Nous avions peur”, a déclaré Fatima Aoudia.

“La colline entière s’est transformée en un incendie géant.”

Elle a comparé la scène aux bombardements des troupes françaises pendant la guerre d’indépendance de l’Algérie, qui a pris fin en 1962.

“Ces forêts ont brûlé. C’est une partie de moi qui a disparu”, a-t-elle déclaré.

“C’est un drame pour l’humanité, pour la nature. C’est une catastrophe.”

La semaine dernière, un contrôleur de l’atmosphère de l’Union européenne a déclaré que la Méditerranée était devenue un point chaud de feux de forêt alors que des incendies massifs ont englouti les forêts de Turquie et de Grèce , aidés par une vague de chaleur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici