Home Société Des enfants parmi 45 morts dans la pire tragédie de naufrage de bateau en Méditerranée en 2020

Des enfants parmi 45 morts dans la pire tragédie de naufrage de bateau en Méditerranée en 2020

0
Des enfants parmi 45 morts dans la pire tragédie de naufrage de bateau en Méditerranée en 2020

Des enfants parmi 45 morts dans la pire tragédie de naufrage de bateau en Méditerranée en 2020. Au moins 45 personnes, dont cinq enfants, sont décédées plus tôt cette semaine dans le pire naufrage signalé jusqu’à présent cette année au large des côtes libyennes, selon les Nations Unies.

Dans une déclaration conjointe publiée mercredi, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ont déclaré que 37 survivants du naufrage de lundi ont rapporté qu’au moins 45 autres étaient morts lorsque le moteur du navire qu’ils se trouvaient à bord a explosé. la côte de Zwara.

Les deux agences ont déclaré que les survivants, principalement du Sénégal, du Mali, du Tchad et du Ghana, ont été secourus par des pêcheurs locaux et plus tard détenus lors du débarquement.

À la suite du tragique incident en Méditerranée , le HCR et l’OIM ont appelé d’urgence à revoir l’approche des pays dans leurs efforts de sauvetage. naufrage bateau Méditerranée

“Il reste une absence de tout programme de recherche et de sauvetage dédié et dirigé par l’UE”, a déclaré sur Twitter Federico Soda, chef de la mission de l’OIM en Libye.

“Nous craignons que sans une augmentation urgente de la capacité SaR, il y ait un risque de nouvelles catastrophes”, a-t-il ajouté, faisant référence aux activités de recherche et de sauvetage des garde-côtes des pays de la Méditerranée.

Des groupes et agences de défense des droits de l’homme ont dénoncé à plusieurs reprises ce qu’ils décrivent comme une réponse inadéquate de la part des autorités maritimes lorsqu’elles ont été alertées des personnes laissées à la dérive dans des bateaux endommagés après s’être embarquées dans de dangereux voyages maritimes pour rejoindre l’Europe.

Alors que chaque État a la responsabilité de mener des opérations SAR dans une zone définie, la Convention internationale sur la recherche et le sauvetage maritimes stipule qu’ils ont l’obligation d’intervenir dans la zone d’un autre État si cet État ne répond pas à une demande d’aide de cette zone. .

Mardi, Alarm Phone – une ligne directe pour les bateaux de migrants et de réfugiés en détresse – a déclaré avoir alerté les garde-côtes libyens et italiens de la présence d’une centaine de personnes dans un bateau pneumatique dégonflé au large des côtes libyennes. naufrage bateau Méditerranée

Les deux autorités ne sont pas intervenues, selon Alarm Phone. Mardi, l’ONG a déclaré avoir perdu le contact avec le navire.

Au moins 302 personnes se sont noyées en Méditerranée jusqu’à présent cette année, y compris la dernière tragédie – un nombre qui grimpe à 20 000 lorsque le nombre total de décès depuis 2014 est compté, selon l’OIM.

Dans leur déclaration conjointe, les agences ont exhorté les pays à cesser d’entraver le travail des ONG, qui ont intensifié leurs efforts de sauvetage en Méditerranée dans un contexte de réduction des opérations des pays européens mais sont confrontés à de nombreuses restrictions juridiques et logistiques.

“Le HCR et l’OIM sont profondément préoccupés par les récents retards dans les opérations de sauvetage et de débarquement”, ont-ils déclaré, soulignant que “les retards enregistrés ces derniers mois et le fait de ne pas apporter son aide sont inacceptables et mettent des vies en danger”.

Ils ont également réaffirmé leur position selon laquelle la Libye ravagée par la guerre, qui est devenue une voie clé pour les tentatives de migration vers l’Europe, n’est pas une destination sûre pour les réfugiés et les migrants.

Ces personnes sont “exposées au risque du conflit en cours, de graves violations des droits de l’homme et de la détention arbitraire après le débarquement”, ont indiqué les agences.

Ils ont également déploré que la responsabilité des sauvetages soit de plus en plus laissée aux navires de l’État libyen, soulignant que cela avait conduit au retour de plus de 7 000 personnes dans ce pays instable d’Afrique du Nord jusqu’à présent cette année seulement.

“Toute assistance et responsabilités assignées aux entités de recherche et de sauvetage libyennes devraient être conditionnées à ce que personne ne soit arbitrairement détenu, maltraité ou soumis à des violations des droits humains après le débarquement”, ont-ils déclaré.

“Sans ces garanties, le soutien devrait être reconsidéré et les responsabilités de recherche et de sauvetage redéfinies.”

Environ 17 000 personnes sont arrivées cette année en Italie et à Malte par bateau depuis la Libye et la Tunisie. Bien que ce nombre soit multiplié par trois par rapport à 2019, il est toujours considérablement inférieur à celui de l’année précédente.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here