Home Politique Des médiateurs ouest-africains se rendent au Mali pour annuler le coup d’État

Des médiateurs ouest-africains se rendent au Mali pour annuler le coup d’État

0
Des médiateurs ouest-africains se rendent au Mali pour annuler le coup d’État

Des médiateurs ouest-africains se rendent au Mali pour annuler le coup d’État

Des médiateurs du bloc régional de l’Afrique de l’Ouest sont attendus samedi au Mali pour des pourparlers visant à renverser un coup d’État qui a été condamné à l’étranger, mais célébré par beaucoup dans un pays aux prises avec une insurrection islamiste et des troubles politiques mijotés.

Les dirigeants de la Communauté économique des 15 pays de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont adopté une ligne particulièrement dure lors de l’éviction mardi du président Ibrahim Boubacar Keita. Ils ont rapidement fermé les frontières et mis fin aux flux financiers – une décision selon les diplomates visait autant à dissuader les opposants chez eux qu’à stabiliser le Mali.

«Ils ne peuvent pas tolérer que cela se produise. Ils le prennent très personnellement. C’est à leur porte et ils pensent être les suivants », a déclaré un diplomate régional à propos des dirigeants ouest-africains.

Les présidents de la Côte d’Ivoire et de la Guinée font partie de ceux qui poussent à une réponse ferme, a déclaré un autre diplomate, car ils ont tous deux fait face à de violentes manifestations publiques à leur candidature pour le troisième mandat et veulent que le bloc montre qu’il ne tolérera pas les prises de pouvoir dans sa propre cour.

Tous les yeux sont rivés sur la visite d’une délégation de la CEDEAO conduite par l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, qui devrait arriver au Mali plus tard samedi, selon son porte-parole.

L’éviction de Keita, connue sous le nom d’IBK, a été saluée par beaucoup au Mali, qui a été secoué par des mois de manifestations appelant à sa démission pour corruption présumée et détérioration de la sécurité dans les zones où les affiliés d’Al-Qaïda et de l’État islamique sont actifs.

«Il est hors de question de réintégrer IBK. La seule chose qu’ils peuvent réaliser est la transition. Selon les règles de la CEDEAO, la CEDEAO devrait assurer la transition », a déclaré le deuxième diplomate, faisant référence au résultat des pourparlers de la délégation.

Une junte d’officiers militaires contrôle le pays depuis mardi, lorsque les mutins ont arrêté Keita sous la menace d’une arme et l’ont forcé à démissionner. Ils ont promis de superviser une transition vers les élections et un porte-parole a déclaré qu’ils étaient ouverts à des pourparlers avec la CEDEAO.

Vendredi, des milliers de partisans du coup d’État se sont rassemblés sur une place centrale à Bamako, la capitale, pour célébrer la prise de contrôle. Il n’y a aucun signe extérieur que la suspension des relations financières de la CEDEAO se fait encore sentir.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here