Disparition inquiétante de Diary Sow: La raison pour laquelle la France écarte la

Disparition inquiétante de Diary Sow: La raison pour laquelle la France écarte la “piste criminelle”. Portée disparue depuis le 04 janvier, la brillante étudiante sénégalaise continue de hanter les autorités sénégalaises comme françaises. Tous les jours, de nouveaux éléments viennent renforcer la thèse de la fugue privilégiée par les enquêteurs français.

La dernière fois qu’il y a eu un signe venant a priori d’elle, c’était il y a quinze jours précisément. Le 4 janvier 2021, jour de la rentrée scolaire, le badge de Diary Sow a été détecté sur la porte de la résidence étudiante du boulevard de Port-Royal à Paris où elle loge dans une chambre. Depuis, rien. En tout cas, rien d’officiel.

Agée de 20 ans, la jeune femme connue au Sénégal comme l’incarnation de l’excellence et de la réussite scolaire devait pourtant reprendre les cours ce jour-là. Elle n’a jamais rejoint les bancs de la classe. L’étudiante avait passé quelques jours pendant les congés d’hiver à Toulouse, avant de rejoindre la capitale. Le 7 janvier, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour “disparition inquiétante” et de nombreuses affiches ont été collées dans la capitale et diffusées sur les réseaux sociaux pour tenter de la retrouver.

“Nous avons reçu dans les premiers jours une centaine d’appels quotidiens, dont 2% réellement utiles environ. Depuis ce week-end, nous sommes passés à une dizaine d’appels par jour, avec encore quelques interlocuteurs sérieux, et d’autres farfelus comme des voyantes et des quidams qui croient tout savoir sur cet événement. Ce week-end, il y a même eu une femme qui a fait un live pour dire qu’elle savait que Diary était séquestrée, et qu’elle savait où elle se trouvait, indique un interlocuteur du consulat du Sénégal à LCI. Heureusement, nous restons lucides et nous savons voir à peu près clair dans tout ça. Même si Diary n’est toujours pas là”.

“La piste criminelle semble écartée” dans l’affaire Diary Sow

L’angoisse au consulat semble toutefois moins présente qu’au début de cette affaire, il y a deux semaines maintenant. “La piste criminelle est a priori écartée et la disparition volontaire privilégiée, c’est rassurant bien sûr”, justifie un interlocuteur.

Les enquêteurs comme le parquet de Paris se refusent pourtant à tout commentaire sur ce dossier. “Des éléments seront donnés à la presse quand on l’aura retrouvée, commente une source. Tant que la jeune femme ne sera pas en face des policiers, auprès de ses proches ou dans son lycée, il n’y aura probablement pas de communication officielle à son sujet.”

Dans la capitale, les affiches reproduisant les photos de Diary Sow et les numéros à contacter sont toujours très présentes, notamment dans le 5e et le 13e arrondissement où la jeune femme avait ses habitudes. “Tant qu’elle ne sera pas de retour, il y aura des affiches et des relais sur les réseaux sociaux notamment. Diary :”Si tu nous lis ou si tu nous entends, donne nous des nouvelles, pour ta famille, tes camarades, et tes compatriotes Sénégalais qui sont très inquiets”, implore notre contact du consulat.

À Louis-le-Grand, plusieurs dispositifs ont été mis en place depuis la disparition de la jeune femme. “Le proviseur a communiqué dès les premiers jours auprès des élèves. Des conseillers principaux d’éducation et des infirmières sont à disposition de ceux et celles qui le souhaitent. La semaine dernière, une équipe mobile académique de sécurité est intervenue dans le lycée, nous précise le rectorat. SI la demande des élèves devient plus importante, d’autres moyens seront mis en place”.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici