Home Politique Ediémou Blin Jacob : «la constitution de 2016 fait que Ouattara est éligible et légitime»

Ediémou Blin Jacob : «la constitution de 2016 fait que Ouattara est éligible et légitime»

0
Ediémou Blin Jacob : «la constitution de 2016 fait que Ouattara est éligible et légitime»

Ediémou Blin Jacob : «la constitution de 2016 fait que Ouattara est éligible et légitime». Le révérend pasteur Ediemou Blin Jacaob, président de l’église du christianisme céleste de Côte d’Ivoire et président du forum des confessions religieuses vient de jeter un pavé dans la marre. Alors que jusque-là, les hommes religieux se sont tenus loin du débat sur la possibilité pour le Président de la République de briguer un mandat présidentiel supplémentaire, Ediémou Blin Jacob a décidé de donner une position claire.

Dans une interview accordée au site d’informations générales amanien.info, le révérend pasteur a fait savoir qu’un troisième mandat du chef de l’Etat ne souffre d’aucune illégalité constitutionnelle.

«Je ne suis pas du même avis que ceux qui disent que le président Alassane Ouattara n’a pas droit à un troisième mandat. La constitution de 2016 fait qu’il est éligible et légitime. Dans cette constitution il faut être de père ou de mère Ivoirien pour être éligible. Il a le droit d’être candidat. Le président Laurent Gbagbo était candidat pour un troisième mandat en 2010. Faisons des élections paisibles. Après les élections, il faut que tous ceux qui sont à l’extérieur rentrent. Le livre de lamentations 3 verset 37 dit si une chose arrive c’est la volonté de Dieu », a-t-il indiqué.

A l’en croire, cette candidature du Président Ouattara pour un 3e mandat lui a été révélé par Dieu.

« Le 25 mars 2017, j’ai accordé une interview à Fraternité- Matin. Le journaliste m’as dit comme je te connais, est ce que tu n’as pas de révélation par rapport aux événements futurs. Je lui ai dit que j’ai fait un rêve qu’en 2020, tout le monde a sorti ses griffes, et le sang coulait encore. Quand j’ai posé la question on m’a dit que c’est à cause d’Alassane. J’ai dit encore. Et j’ai ajouté donnez-lui un troisième mandat pour qu’on ait la paix. J’ai dit c’est un enfant que j’aime bien parce que c’est Houphouët qui l’a envoyé. Dans le même rêve on m’a dit d’aller moi-même lui dire de quitter. J’ai répondu que chez nous, l’homme que Dieu a mis, il a une autorité suprême. Et que c’est à Dieu qu’ il a à rendre compte et non à moi, jusqu’à ce que son temps finisse et je me suis réveillé », a-t-il raconté.

Puis de poursuivre : « Nous sommes en 2020 et il y a déjà des morts. Quand le chef de l’État a dit en mars qu’il n’était pas candidat, les journalistes, les fidèles de mon église se sont moqués de moi, me traitant de faux prophète. J’ai dit à un journaliste qui m’est proche que l’esprit ne m’a jamais trompé. Je lui ai dit que je souhaite rencontrer le président, pour voir comment il a va transmettre le pouvoir à celui qu’il a choisi. Je n’ai pu le rencontrer jusqu’à ce que le premier ministre décède. Les griffes sont sorties et on compte déjà des morts. Si je ne me suis pas tu en 2010, je ne vais pas me taire en 2020. Je bénis Dieu pour mes révélations. Je suis témoin de mon temps et je ne dois pas me taire. Après la décision du président je ne fais que prier et je demande pardon à tous pour qu’on préserve la paix… »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here