Emmanuel Macron souhaite rendre le port du masque obligatoire dans les lieux publics dès le 1er août

Emmanuel Macron souhaite rendre le port du masque obligatoire dans les lieux publics dès le 1er août

Le Président de la République française Emmanuel Macron a annoncé ce mardi 14 juillet que le port du masque serait obligatoire dans les lieux publics clos dès le 1er août.

Emmanuel Macron, le Président de la République, a annoncé lors d’une interview dans le cadre de la Fête Nationale, que le port du masque serait désormais obligatoire dans tous les lieux publics clos.

“Je souhaite que les dans les prochaines semaines on rende le masque obligatoire dans les lieux publics clos” Emmanuel Macron

Sans préciser les conditions de mise en place, le Président a souhaité que cela puisse se mettre en place à partir du 1er août, le temps pour les professionnels de s’organiser. “Nous avons des signes que cela repart un petit peu” a souligné le chef de l’Etat.

Il invite également les Français à porter le masque lors des rassemblements, y compris en plein air.

On assiste à une recrusdescence de la propagation du coronavirus sur le territoire français. Plusieurs médecins et spécialistent avaient demandé cette mesure le weekend dernier. A Marseille également, des médecins de l’Hôpital Nord demandent aux pouvoir publics de prendre des mesures car ils ont constaté un doublement des cas en quelques jours.

13h50. Si nouveau confinement il doit y avoir, il se fera localement

« On a pris la mesure la plus radicale la plus dure qui était le confinement. C’est aussi la plus basique. Avec des tas de conséquences », dit Emmanuel Macron.

« Le confinement a été un révélateur d’inégalités, je ne veux pas que ça se reproduise dans le pays, explique-t-il. On fait tout pour éviter une nouvelle vague et on a prévu une approche différenciée si elle se reproduisait. Le but serait d’isoler le plus localement possible et le plus vite possible. C’est pour ça qu’il faut tester. »

13h49. En cas de deuxième vague, « nous serons prêts »

« Oui, nous serons prêts (…). On sait ce qu’on consomme en masque, en médicaments, en respirateurs… Nous avons l’organisation au plus près du terrain pour faire face à une recrudescence si elle était là ».

13h45. Emmanuel Macron veut rendre obligatoire le masque dans tous les lieux publics clos dès le 1er août

« Nous sommes sortis d’un premier pic qui nous a conduit au confinement, plus de 30 000 de nos concitoyens sont morts. Nous avons réussi à endiguer le virus et à retrouver une vie presque normale. »

« Nous avons des signes que ça repart quand même un peu. Nous devons prévenir et nous préparer. Meilleures préventions gestes barrières : masques, se tenir à distance et le port du masque ». C’est pourquoi Emmanuel Macron veut rendre « totalement obligatoire » le port masque dans tous les lieux publics clos dès le 1er août.

13h40. À propos de la nomination du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin

« L’égalité femme-homme est un combat sur lequel je ne céderai rien », commence Emmanuel Macron. « Un responsable politique a fait l’objet d’une accusation grave il y a de cela plusieurs années (…) Il y a la présomption d’innonce. Cette affaire a fait l’objet de plusieurs enquêtes, elle a été classée ou a donné lieu à une absence de poursuite », poursuit-il.

« Aucune cause n’est défendue justement si on le fait en bafouant les valeurs fondamentales de la République », estime-t-il.

« Je chéris cette cause juste de la lutte contre les violences et de l’égalité effective entre les sexes. Mais je chéris ce qui fait de notre démocratie une démocratie plus forte encore : celle de ne pas céder à l’émotion ».

13h37. Le nouveau gouvernement est-il de droite ?

Quand on lui demande si son gouvernement est de droite, Emmanuel Macron rétorque : « Je suis radicalement en désaccord. Je crois au dépassement politique. Quand il y a la crise du Covid, les Français nous demandent de les soigner bien, pas qu’elle soit de gauche ou de droite ». Il souligne que 14 personnalités ont eu « des mandats politiques à gauche ou des engagements en soutien de la gauche ».

13h32. Emmanuel Macron revient sur sa décision d’avoir changé de Premier ministre

« C’est une page politique et de la vie qui se tourne. On ne peut pas dire qu’on emploie un novueau chemin, méthode et temps du quinquennat avec la même équipe ».

13h30. Le président de la République revient sur ses réformes

« J’ai mené au début de ce quinquennat des réformes tambour battant. J’ai donné le sentiment à nos concitoyens qu’au fond je réformais malgré eux », évoquant pêle-mêle, la réforme de l’assurance chômage, de la SNCF ou encore la réforme des retraites.

« Ce pourquoi j’ai voulu devenir Président, c’est pour rendre la France plus forte et plus indépendante. Pour que chacun retrouve la maîtrise de sa vie et de son destin, et qu’il y ait un chemin de justice. Cela, je ne l’ai peut-être pas assez montré ».

13h27. Le chef de l’État n’est pas parvenu à rassembler les Français

Rassembler les Français : « je n’y suis pas parvenu », admet Emmanuel Macron. Mais il ne compte pas arrêter « d’essayer ».

13h22. Emmanuel Macron revient sur les nombreuses manifestations qui ont marqué le début de son quinquennat

Gilets jaunes, réformes des retraites… À propos des nombreuses manifestations, Emmanuel Macron indique : « Nous sommes dans un pays qui a cela dans son histoire, dans ses tripes ».

« J’ai sans doute laissé paraitre quelque chose que je ne crois pas être, mais que les gens se sont mis à détester. Un président qui veut tout réformer pour que ce soient les meilleurs qui puissent réussir. Ce n’est pas mon projet. Mais le jeu des maladresses parfois, des phrases sorties de leur contexte et des opposants politiques… a fait que cette détestation a pu être alimentée. »

13h20. Pourquoi le président a-t-il accepté de renouer avec l’interview du 14-Juillet ?

« Ce 14 Juillet est un peu particulier et nous l’avons vécu ce matin avec beaucoup d’émotions et de fierté. Il consacre la fierté d’être Français (…) dans lequel nous célébrons nos armées (…). Ce 14 juillet nos armées ont accepté d’offrir un peu la vedette à nos soignants », débute Emmanuel Macron

13h20. Le président de la République débute son interview avec quelques minutes de retard

13h10. En attendant le début de l’interview, retrouvez les six interviews présidentielles qui ont marqué le 14-Juillet

Ce mardi, Emmanuel Macron renoue avec une tradition qu’il avait abandonnée : celle de l’interview présidentielle, lancée en 1978 par son prédécesseur Valéry Giscard d’Estaing. Retour sur six moments de cet exercice à la fois convenu et riche de petites phrases.

13 heures. Interview d’Emmanuel Macron, à quoi s’attendre ?

Le président de la République renoue aujourd’hui à 13 h 10 avec un exercice qu’il avait lui-même aboli : celui de la traditionnelle interview du 14 Juillet. Il sera interrogé par les journalistes Léa Salamé et Gilles Bouleau, en direct sur TF1, France 2 et France Inter.

Crise sanitaire, relance, nouveau gouvernement… Quarante-cinq minutes d’interview ne suffiront pas, ce mardi, à Emmanuel Macron pour balayer l’ensemble des sujets qui font bouillir la marmite de l’actualité. Mais ses réponses sont très attendues.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici