Felix Tshisekedi s'engage à protéger le lauréat du prix Nobel Mukwege après des menaces de mort

Felix Tshisekedi s’engage à protéger le lauréat du prix Nobel Mukwege après des menaces de mort

Le gouvernement a promis samedi de protéger le lauréat du prix Nobel de la paix Denis Mukwege et d’enquêter sur les menaces de mort à son encontre après qu’il a appelé à un tribunal international pour juger les crimes en République démocratique du Congo.

Le président de la RD Congo, Felix Tshisekedi, a promis que les ministres de l’Intérieur, de la Sécurité et de la Justice et autres “prendraient toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité du Dr Mukwege” et “ouvriraient des enquêtes”, a déclaré le cabinet dans un rapport, sans donner de détails.

Mukwege, un gynécologue congolais qui a partagé le prix Nobel de la paix en 2018 pour son travail contre les violences sexuelles en temps de guerre, et ses proches ont été la cible “d’intimidations, de messages haineux et de menaces de mort”, a-t-il déclaré.

Cela s’est produit alors qu’il a “plaidé pour la paix dans l’est du pays, en proposant la création d’un tribunal pénal international pour la RDC afin de juger les crimes graves commis contre la population civile”, a-t-il précisé.

Le 26 juillet, dans un message sur son compte Twitter, Mukwege a écrit “ce sont les mêmes qui tuent encore en RDC”, faisant référence à un massacre à l’est.

Des civils à Kipupu, un village du Sud-Kivu sur les hauteurs de Fizi surplombant le lac Tanganyika, ont été attaqués le 16 juillet, avec un nombre de morts largement compris entre 18 et 220.

“Les histoires macabres de Kipupu sont en ligne droite avec les massacres qui ont frappé la RDC depuis 1996”, a déclaré le lauréat du prix de la paix dans un tweet.

La région a connu des violences entre la communauté Banyamulenge – les descendants de migrants ethniques tutsis venus du Rwanda – et d’autres communautés locales telles que les Babembe au cours de l’année écoulée.

Début 1996, la première guerre du Congo a éclaté, menée par une rébellion soutenue par des troupes régulières de plusieurs pays voisins, en particulier le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi.

La deuxième guerre du Congo qui a eu lieu de 1998 à 2003 a impliqué une douzaine d’armées de la région, 30 groupes armés et deux rébellions principales: une à l’est soutenue par le Rwanda et une autre au nord soutenue par l’Ouganda.

Le docteur Mukwege, directeur de l’hôpital de Panzi qui s’occupe des femmes violées au Sud-Kivu, a réussi à survivre à une attaque d’assaillants visant son domicile en octobre 2012.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici