France: Valéry Giscard d'Estaing est mort

France: Valéry Giscard d’Estaing est mort. L’ancien président de la République de France est décédé ce mercredi a-t-on appris de source familiale. C’est à l’âge de 48 qu’il est entré à l’Elysée et pris le destin de la France entre ses main. Malgré son âge avancé, il n’avait jamais renoncé à ses idées politiques, et ce, même après son départ du pouvoir.

Même ceux qui sont nés bien après 1981 retiennent une image de Valéry Giscard d’Estaing, dont les proches ont annoncé ce mercredi le décès à l’âge de 94 ans : celle de son théâtral « Au revoir », prononcé face caméra dans son fauteuil de l’Elysée avant de se lever pour gagner la porte de son bureau, dans un interminable silence. La scène, un brin ridicule, est devenue une séquence culte de la télévision. « J’avais mal calculé la distance qui me séparait de la sortie », expliquera plus tard l’intéressé.

A la rude défaite infligée par le socialiste François Mitterrand, pour la première alternance au pouvoir sous la Ve République, s’ajouteront l’humiliation des sifflets de la petite foule à sa sortie et la brûlure de la « trahison » du gaulliste Jacques Chirac, cause principale à ses yeux de son échec. A 55 ans, Giscard voyait pour la première fois son destin contrarié. mort Valéry Giscard d’Estaing

Valéry Giscard d’Estaing était un élève brillant qui n’ignore pas les tourments du siècle

Le problème de Giscard, selon le mot cruel de Raymond Aron, est qu’« il ne sait pas que l’Histoire est tragique ». Et pourtant… Certes, le jeune Valéry naquit le 2 février 1926 à Coblence (Allemagne), deuxième d’une fratrie de quatre, dans un cocon privilégié. Son père Edmond, grand bourgeois piqué d’aristocratie qui joignit le nom d’Estaing – un amiral de l’Ancien régime – à celui de Giscard, conservateur maurrassien et catholique fervent, mena une prestigieuse carrière d’administrateur financier dans le public et le privé. C’est du côté de son arrière-grand-père maternel, Agénor Bardoux, l’un des fondateurs de la IIIe République, que réside la fibre orléaniste libérale dont se revendiquera le président centriste, qui ambitionnera de rassembler « deux Français sur trois », titre de son livre en 1984.

Certes encore, l’élève brillant, habitué à surclasser ses condisciples depuis l’école élémentaire jusqu’à Polytechnique et l’ENA, grandit dans la quiétude des beaux quartiers parisiens et, l’été, dans la fraîcheur du château de Varvasse, à Chanonat près de Clermont-Ferrand, sur les terres familiales auvergnates. On y fait des parties de pêche aux écrevisses et des virées à bicyclette entre cousins et amis du village. « Chaque fois qu’il me parlait de sa mère, de cette enfance heureuse, il me demandait d’éteindre mon enregistreur, car sa voix se cassait sous l’émotion », confie son biographe Eric Roussel.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici