Il se cache dans le réacteur d'un jet pour aller en France (Vidéo)

Il se cache dans le réacteur d’un jet pour aller en France (Vidéo)

Désespoir total de la jeunesse africaine triste réalité, aujourd’hui à l’aéroport de Maya Maya au Congo Brazzaville un jeune a vu un jet et il est allé se cacher dans le réacteur pour aller en France à la recherche d’une vie meilleure.

Un jet est un avion à réaction. Ce terme d’origine anglaise a été repris dans la langue française dès l’apparition des premiers avions de ce type.

Même s’il est moins utilisé aujourd’hui, il participe à d’autres dénominations :

Jet Society ou Jet Set : groupe social des personnes qui utilisent beaucoup l’avion et sont considérées comme une sorte d’élite libre, un peu oisive et très dépensière.
Jet Ski : un engin de loisir nautique propulsé par une turbine

Lire aussi:   Portée disparue en France, découvrez ce que Diary Sow a dit aux enquêteurs français

Si l’aviation d’affaires a débuté dans les années 1930, avec l’utilisation d’avions de tourisme léger, comme le Beechcraft Staggerwing pour transporter des hommes d’affaires, elle ne prend réellement son essor qu’à partir des années 1960 avec le développement des avions à réaction. À cette époque, les avions de ligne sont plus rapides que les avions d’affaires à hélice. Le Lockheed JetStar et le North American Sabreliner sont alors développés spécifiquement pour ce marché, permettant d’allier vitesse et souplesse d’utilisation. C’est en 1963 avec la commande de 40 Dassault Mystère 20 et 120 options par Charles Lindbergh pour le compte de la Pan Am que le marché des jets d’affaires décolle réellement 1. L’aviation d’affaires se développe alors avec des constructeurs comme Learjet et le Learjet 23 qui effectue son premier vol en 1963 ou Gulfstream qui lance en 1967 le Gulfstream II; elle connait un premier âge d’or dans les années 1970, surtout en Amérique du Nord qui représente les deux tiers du marché 1.

Lire aussi:   Affaire Diary Sow: les confessions d'une amie de l'étudiante sénégalaise

La concurrence pousse les constructeurs à développer des avions toujours plus grands et confortables, disposant d’une distance franchissable de plus en plus importante. En 1976, Dassault lance le Falcon 50, premier triréacteur d’affaires capable de traverser l’Atlantique sans suivre les côtes. En 1985 le Gulfstream IV permet de transporter jusqu’à 19 passagers et en 1995 le Gulfstream V permet de franchir plus de 10 000 km sans escale. À partir des années 2000, Airbus et Boeing propose des avions d’affaires encore plus grands, dérivés d’avions de ligne 2.

Depuis 2008, le secteur subit les effets de la crise économique, les consommateurs, même aisés, n’ayant plus les moyens de se permettre des avions d’affaires onéreux3. Face à cela, le marché de l’aviation d’affaires a évolué, avec notamment l’essor de services de location, prenant peu à peu le pas sur la propriété individuelle d’avions privés4. On peut citer notamment des plateformes telles que Air Affaires5, entreprise française permettant de louer des avions privés en ligne, faisant évoluer le marché de l’aviation d’affaires vers plus de flexibilité.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici