La mère de Maëlys, 8 ans, enlevée puis tuée dans le même département, a réagi au décès de Victorine

La mère de Maëlys, 8 ans, enlevée puis tuée dans le même département, a réagi au décès de Victorine. La petite Maëlys, âgée de huit ans, avait été enlevée puis tuée lors d’un mariage en août 2017 en Isère, le même département que celui de Victorine.

La mère de la petite fille a réagi sur son profil Facebook à la suite de l’annonce du décès de la jeune femme de 18 ans : « Quelle horreur, l’impression de revivre le drame que ma fille Maëlys a vécu il y a 3 ans, même département, même section de recherche sur l’enquête. Mes pensées vont à la famille de Victorine et à ses amis. J’espère que de nombreux témoins vont aider les enquêteurs à trouver le ou les responsables de cet acte criminel horrible. »

Lire aussi:   Qui est Brahima Aouissaoui, le terroriste sanguinaire de Nice?

Alors que la tragédie reste un véritable mystère, l’autopsie ne semble pour le moment pas avoir mis au jour de quelconques traces de violence sexuelle. Pour autant, le procureur adjoint n’écarte pas totalement cette piste. « Si aucune trace de violence sexuelle n’a été constatée, il n’est pas pour autant possible à ce stade de l’enquête d’écarter cette hypothèse », a fait savoir hier soir Boris Duffau.

Le Dauphiné libéré avait dévoilé qu’un conteneur à poubelle enterré, dans le hameau de Saint-Bonnet à Roche, avait été marqué par un chien Saint-Hubert de la gendarmerie. Un camion du SMND, l’organisme en charge de la collecte des ordures ménagères, avait donc été réquisitionné par les forces de l’ordre afin de retirer le conteneur. Selon le quotidien régional, deux à trois mètres cubes de déchets étaient à l’intérieur de celui-ci avant d’être entièrement vidé. Les gendarmes ont inspecté les ordures avec l’un de leurs chiens qui n’a marqué aucune d’entre elles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici