Le meurtrier présumé de Victorine Dartois avait l'habitude de se droguer

Le meurtrier présumé de Victorine Dartois avait l’habitude de se droguer. Même s’il n’était pas inscrit au fichier des délinquants $sexuels, le jeune homme suspecté dans la mort de la jeune étudiante de 18 ans est trempé dans d’autres délits.

Selon des informations de M6, l’homme placé en garde à vue dans l’enquête sur la mort de Victorine n’était pas inscrit au fichier des délinquants $exuels. Il aurait en revanche déjà été signalé dans le passé pour des faits de vol, d’outrage, de consommation de stupéfiants et de coups et blessures.

Cet homme de 25 ans, père d’un bébé de six mois selon ses voisins, était connu des services de police pour des faits délictuels. Selon le quotidien Midi Libre, le suspect n’a pas le profil d’un délinquant sexuel. Ce dernier travaille dans une concession automobile d’après Le Parisien.

Un suspect de l’assassinat a été arrêté hier après-midi à son domicile par les gendarmes en charge des investigations menées dans l’affaire Victorine Dartois, selon les informations de BFMTV. L’homme, âgé de 25 ans, aurait bien reconnu avoir tué la jeune fille de 18 ans, retrouvée morte dans un ruisseau à Villefontaine, le 28 septembre. Il est actuellement en garde à vue. Selon les informations de la chaîne de télévision, le suspect arrêté serait « un père de famille », un profil qui aurait étonné les enquêteurs. Selon les informations du Dauphiné Libéré, l’homme serait par ailleurs domicilié dans le quartier où réside également la famille Dartois, le quartier des Fougères. Pour autant, le jeune homme ne faisait pas partie de l’entourage de la jeune femme, selon les informations du Parisien.

Des analyses ADN sont en cours pour comparer celui du suspect aux traces découvertes sur les lieux où été retrouvée Victorine.
Selon les informations du Parisien, c’est un témoignage qui aurait accéléré l’enquête : le suspect aurait été aperçu sur les lieux du drame.

Pour rappel, Victorine Dartois, 18 ans, avait été retrouvée morte dans un ruisseau de Villefontaine lundi 28 septembre. L’enquête en cours a été ouverte sous les qualifications pénales « d’enlèvement, séquestration et meurtre ».

Le rapport d’autopsie effectué début octobre avait révélé « une mort par noyade avec intervention d’un tiers en raison de multiples ecchymoses internes retrouvées sur le corps de la victime ». L’hypothèse d’une agression sexuelle n’est pas écartée.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici