Le tueur du prof

Le tueur du prof “bénéficiait du statut de réfugié et était inconnu des services de renseignement”. Un nouvel attentat terroriste “islamiste caractérisé”, d’après les mots d’Emmanuel Macron, a frappé vendredi un professeur d’histoire-géographie, qui avait montré à ses élèves des caricatures de Mahomet dans un collège de Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines.

Jean-François Ricard, procureur de la République antiterroriste, a tenu une conférence de presse ce samedi après l’assassinat d’un professeur d’histoire-géographie à Conflois-Sainte-Honorine, “compte tenu de la gravité des faits et de leur immense retentissement”.

Il a indiqué que l’individu neutralisé “bénéficiait du statut de réfugié et était inconnu des services de renseignement”. Il “était porteur d’un titre de séjour délivré le 4 mars dernier”.

Lire aussi:   États Unis: Le prochain verdict de Derek Chauvin met la Maison Blanche et le pays à bout…

Au lendemain de la décapitation d’un enseignant qui avait montré des caricatures de Mahomet à ses élèves, l’ancien Premier ministre socialiste Bernard Cazeneuve a appelé ce samedi à “combattre l’islamisme”, cette “idéologie qui ronge de l’intérieur l’islam de France”, “par tous les moyens du droit”. tueur prof réfugié

Invité par le Parti radical de gauche (PRG) à l’occasion de sa convention nationale en Seine-Saint-Denis, à cinq mois des régionales, Bernard Cazeneuve a estimé que l’islamisme est “le dévoiement d’une religion par un petit nombre d’individus”.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici