Les chars israéliens attaquent des cibles du Hamas dans la bande de Gaza

Les chars israéliens attaquent des cibles du Hamas dans la bande de Gaza. Israël a fermé le passage de marchandises de Karem Abu Salem et la zone de pêche côtière autorisée de Gaza au cours d’une semaine de tensions accrues.

L’armée israélienne affirme que ses chars ont attaqué des cibles du Hamas dans la bande de Gaza en réponse aux roquettes palestiniennes et aux bombes incendiaires lancées dans le sud d’Israël.

“Les chars ont visé un certain nombre de postes d’observation militaires appartenant à l’organisation terroriste du Hamas dans la bande de Gaza”, a déclaré lundi un communiqué de l’armée, faisant référence au groupe qui dirige l’enclave.

L’armée a déclaré qu’en plus des attaques transfrontalières avec des explosifs et des engins incendiaires suspendus à des ballons, des dizaines de personnes avaient également “déclenché des émeutes le long de la barrière de sécurité de la bande de Gaza” dimanche soir.

Il n’y a eu aucun rapport immédiat de victimes.

Le territoire palestinien est sous blocus israélien depuis 2007. Israël cite les menaces de sécurité du Hamas pour son blocus terrestre et naval.

Les derniers incidents font suite à une semaine de tensions accrues, au cours de laquelle Israël a également fermé le passage de marchandises de Karem Abu Salem (Kerem Shalom) avec la bande de Gaza et fermé dimanche la zone de pêche côtière autorisée de Gaza.

Les responsables palestiniens ont déclaré que la fermeture du point de passage avait en particulier affecté l’importation de matériaux de construction.

Jeudi, Israël a déclaré qu’il arrêterait les envois de carburant à Gaza en réponse aux ballons incendiaires.

Le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, a qualifié cette mesure de “grave acte d’agression” qui aggraverait les difficultés économiques de Gaza.

L’armée israélienne a déclaré que “des émeutiers palestiniens avaient brûlé des pneus, lancé des engins explosifs et des grenades vers la barrière de sécurité et tenté de s’en approcher” samedi soir.

Cela a été suivi dimanche par des attaques aériennes israéliennes sur Gaza, y compris ce qu’une déclaration militaire a appelé “un complexe militaire utilisé pour stocker des munitions de roquettes” appartenant au Hamas.

Malgré une trêve l’année dernière soutenue par l’ONU, l’Égypte et le Qatar, les deux parties s’affrontent sporadiquement avec des roquettes, des tirs de mortier ou des ballons incendiaires.

Des difficultés économiques
S’exprimant depuis Jérusalem, Harry Fawcett d’Al Jazeera a déclaré que l’escalade était liée à la situation économique désastreuse à l’intérieur de Gaza, expliquant que l’enclave a connu une augmentation du taux de chômage et de plus en plus de personnes vivant sous le seuil de pauvreté.

“Le Hamas a un réel problème à résoudre, et comme nous l’avons vu dans le passé lors de telles phases, le Hamas a tendance à faire monter la température. C’est ce qui semble se produire. Il y a eu un retour au lancement de ballons incendiaires et cerfs-volants et mise à feu.

“Le calcul, semble-t-il, est qu’ils veulent voir Israël tenir certains des engagements pris par le Hamas l’année dernière quand un accord a été conclu pour essayer de ramener le calme après une série d’escalades, permettant ainsi davantage de contributions internationales. pour permettre la reconstruction des infrastructures, le début d’une zone industrielle… et l’augmentation de l’électricité », a déclaré Fawcett.

La bande de Gaza compte deux millions d’habitants, dont plus de la moitié vit dans la pauvreté, selon la Banque mondiale.

La colère palestinienne a éclaté depuis qu’Israël et les Émirats arabes unis ont accepté jeudi de normaliser leurs relations, une décision que de nombreux Palestiniens ont vue comme une trahison de leur cause par le pays du Golfe.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici