Mali: Boubou Cissé l'ancien premier ministre de IBK libéré par la junte militaire

Mali: Boubou Cissé l’ancien premier ministre de IBK libéré par la junte militaire. Bouba Cissé et plusieurs personnalités de l’ancien régime sont libérées par les militaires qui on pris le pouvoir le 18 aout au Mali.

Le coup d’État de 2020 au Mali était perpétré par les forces armées maliennes le 18 août 2020 . Il démarre au camp militaire Soundiata-Keïta et avait fini par forcer le président Ibrahima Boubacar Keita à démissionner.

Douze personnalités civiles et militaires maliennes, dont l’ancien premier ministre Boubou Cissé, arrêtées lors du coup d’État militaire du 18 août, ont été remises en liberté, a annoncé dans la nuit du mercredi 7 octobre au jeudi 8 le chef de la junte et numéro deux de la transition.

«Le vice-président de la transition (et chef des putschistes, le colonel Assimi Goïta, ndlr) informe l’opinion publique (…) de l’élargissement ce jour des personnalités politiques et militaires arrêtées suite aux événements du 18 août 2020», a indiqué dans un communiqué le Comité national pour le salut du Peuple (CNSP), qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta. «Toutefois, les intéressés restent à la disposition de la justice pour toutes fins utiles», ajoute le texte. Boubou Cissé libéré

SUR LE FIL…

Le coup d’État a lieu alors que le Mali est embourbé dans une guerre, avec de très nombreuses violences terroristes et interethniques, depuis 2012. La base de Kati est le lieu de départ du coup d’État de 2012 au Mali et du coup d’État de 1968 au Mali. Des tensions entre le président Ibrahim Boubacar Keïta et l’armée étaient apparues fin 2019, après une série de combats et d’attaques contre l’armée faisant de très nombreuses victimes militaires, notamment l’attaque d’Indelimane où 49 soldats maliens sont morts. La réaction du président Keïta, qui s’était contenté de quelques déclarations, avait alors été jugée insuffisante par les militaires. La publication à la mi-août d’un rapport de l’ONU accusant le général Kéba Sangaré, le commandant de la région du centre, de n’avoir rien fait pour empêcher un massacre de civils peuls par des miliciens dogons en février 2020 à Ogossagou, provoque également des tensions. De plus, les soldats du rang, notamment les jeunes recrues5, se plaignaient fréquemment de la corruption de certains officiers et de la mauvaise gestion de l’armement par ceux-ci — dont certains seront arrêtés durant le coup d’État. La diffusion fin juillet de vidéos du député et fils du président Keïta, Karim Boubacar Keïta (en), en compagnie de femmes dénudées sur un yacht en Espagne avait de plus choqué l’opinion publique civile et militaire, confrontée aux difficultés quotidiennes, économiques et militaires. Le limogeage du chef de la sécurité présidentielle le 17 août semble avoir été l’élément déclencheur du putsch.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici