Mamacita: Sidiki Diabaté laissé en liberté après la sextape et la bastonnade de sa copine

Mamacita: Sidiki Diabaté laissé en liberté après la sextape et la bastonnade de sa copine. Le chanteur malien est désormais libre. En prison après la plainte de son ex petite amie qui l’a accusé de violences physiques, Sidiki Diabaté hume depuis ce jeudi l’air de la liberté.

Sidiki Diabaté en liberté mais l’enquête se poursuit. C’est un Ouf de soulagement pour la famille de Sidiki Diabaté. L’artiste beneficie d’une liberté provisoire.

Même si les charges pèsent toujours sur le chanteur malien, il vient de bénéficier d’une liberté provisoire sans interruption de l’enquête. Pour rappel, il faut indiquer que Sidiki Diabaté est accusé pour actes de violences et séquestrations sur sa compagne Mamasita.

Selon linfodrome, la liberté provisoire de l’artiste intervient au moment où l’affaire commençait à avoir des ramifications politiques. On en saura un peu plus les jours à venir.

SUR LE FIL…

Accusé de violences conjugales sur son ex-compagne, Mariam Sow alias Mamacita, Sidiki Diabaté est écroué à la prison civile de Bamako. La star malienne, qui ne cesse de bénéficier du soutien de ses nombreux fans dans cette zone de turbulences qu’il traverse, tente, à son corps défendant, de faire contre mauvaise fortune bon coeur. Aussi, retranché dans son cachot bamakois, le fils de Toumani Diabaté cherche-t-il à se donner du moral en prison.

Selon Afrique-sur7.fr, après avoir fait vibrer de nombreux mélomanes sur des scènes européennes et africaines, la star malienne ne pouvait nullement passer inaperçue. C’est à juste titre qu’il a été bien accueilli à la Maison centrale d’arrêt de Bamako.

Les gardes pénitentiaires commis à sa garde sont littéralement tombés sous son charme et son talent. En témoignent les photos que ces derniers ont fièrement prises en compagnie de l’artiste. Comme pour dire qu’il pourrait bien compter sur leur protection dans cet univers hostile.

À noter que Sidiki Diabaté est accusé par sa compagne de l’avoir séquestrée pendant deux mois et de l’avoir flagellée à plusieurs reprises. «Cette image qu’on me donne dans le monde ne devrait pas venir de toi, car je suis loin d’être ce monstre», tentait-il de raisonner son ex.

Mais cette dernière, droit dans ses bottes, lui rétorque : «Accepte juste ce moment, cela ne fait pas de toi un faible ni un misérable. Mais au contraire, tout cela te permettra de grandir et te servira de leçon.» Ainsi va la vie des artistes. Il y a le côté cour et le côté jardin. À qui mieux saura surfer entre les deux faces de la même pièce.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici