Meurtre de Victorine Dartois, décapitation de Samuel Paty: Ces faits divers qui ont secoué la France en 2020

Meurtre de Victorine Dartois, décapitation de Samuel Paty: Ces faits divers qui ont secoué la France en 2020. Des drames atroces et choquants ont marqué la France en 2020. Des crimes de société et des actes terroristes ont teinté la pays de leurs empreintes et choqué l’opinion nationale et internationale.

Mort de Victorine: Ce qu’on sait du contenu effroyable des aveux du suspect. C’est mardi soir que les enquêteurs ont mis la main sur un homme de 25 ans suspecté d’avoir participé à la séquestration et au meurtre de Victorine Dartois, une jeune étudiante de 18 ans tuée en Isère.

Selon nos informations, la famille Dartois et son avocate Me Kelly Monteiro ont eu connaissance par la justice du placement en garde à vue du suspect. “Pour l’heure, nous demeurons dans l’attente de l’identité de ce dernier et de ses déclarations pour s’exprimer” nous a précisé Me Monteiro.

Si BFMTV et Le Dauphiné Libéré assurent que le suspect est bien passé aux aveux, on ignore le contenu exact de sa déposition et de ses explications devant les gendarmes. A-t-il admis avoir tué intentionnellement la jeune femme ? L’a-t-il enlevée et séquestrée ? Il faudra attendre que le procureur de la République s’exprime pour en savoir davantage sur la version des faits du suspect.

Le suspect était un voisin de Victorine Dartois
Le suspect qui serait aperçu sur les lieux du drame par un témoin est arrêté par les enquêteurs avant d’être placé en détention dans une procédure de “séquestration et meurtre”. Le suspect, un jeune père de famille n’était pas un proche de Victorine Dartois. Victorine Dartois 2020

L’autopsie n’avait pas permis d’établir l’heure du décès de Victorine selon le procureur de la République de Grenoble Éric Vaillant. Ce dernier n’avait pas donné plus de détails au cours de la conférence de presse du lundi 5 octobre.

Interrogé par les enquêteurs, l’homme, bien connu des services de police serait passé aux aveux, expliquant comment il a abordé et tué la jeune étudiante.

Afin d’y voir plus claire, une analyse ADN est en cours pour comparer les prélèvement relevés sur la victime. suspect aveux Victorine

Selon le procureur, c’est mardi aux alentours de 15h que le suspect a été interpelé par le GIGN avant que son domicile ne perquisitionné.

Les enquêteurs ont conduit le suspect sur les lieux du crime pour confronter les premiers éléments de l’enquête que l’homme a affirmé aux gendarmes.

C’est sur le trajet du retour, après un dernier coup de fil à sa famille, à 18 h 50, disant qu’elle « arrivait dans 20 minutes », à pied, qu’elle a disparu près d’un stade jouxtant une zone boisée. Cette zone longe à cet endroit le ruisseau de Turitin, peu profond et encombré de branchages, où son corps a été découvert.

Assassinat de Samuel Paty: la haine en ligne a marqué l’année 2020

2020 a été marquée par l’apparente explosion de la cyberhaine. Parmi les affaires les plus symboliques : celle de Mila, cette jeune fille de 17 ans qui a dû quitter son lycée en Isère parce qu’elle avait posté une vidéo où elle critiquait l’islam avec virulence. Elle a été menacée, harcelée sur le net. Ça a recommencé en novembre parce qu’une fois, elle a répondu à ces trolls sur Internet. Victorine Dartois 2020

Il y a eu aussi la chanteuse Hoshi, visée par des tombereaux d’insultes homophobes parce qu’elle avait embrassé sa compagne sur scène lors des Victoires de la musique. Et puis, bien sûr, l’assassinat terroriste de Samuel Paty, dont la mécanique s’est nouée sur les réseaux sociaux. Puis Cécile Duflot, obligée de quitter les réseaux à cause d’un harceleur. Jacques Enviro, le président de l’OM a lui aussi été victime : menacé de mort, son adresse personnelle a été dévoilée après des tensions au sein de son club.

Et dans tout ça ? Combien d’ados harcelés par des trolls toujours plus nombreux ? C’est bien simple, les signalements à la plateforme Pharos ont progressé de 15% cette année. Fin octobre, on en était à 230.000, c’est-à-dire autant que pour toute l’année 2019.

Des progrès à noter
Mais 2020, c’est aussi l’année où ça commence à bouger. Début décembre, un pôle spécialisé haine en ligne a été créé au parquet de Paris. À l’échelon européen, la Commission de Bruxelles a présenté mi-décembre un texte très attendu, le Digital Act. C’est une proposition de règlement qui impose aux GAFA une responsabilité sur les contenus qu’ils publient. À la clé, il y a quand même des amendes dissuasives.

Pour en discuter, Isabelle Choquet reçoit Éric Maurin, avocat spécialiste des affaires de harcèlement en ligne qui a notamment défendu la journaliste Nadia Daam, Marlène Schiappa ou encore Nicolas Hénin, François-Xavier Masson, chef de l’Office central de lutte contre la cybercriminalité au sein de la direction de la police judiciaire et Thomas Prouteau, chef du service police justice de RTL.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici