Mort de Victorine Dartois : l’hypothèse criminelle finalement confirmée

Mort de Victorine Dartois : l’hypothèse criminelle finalement confirmée. La mort de Victorine Dartois n’est pas accidentelle. Le rapport d’autopsie révèle des « ecchymoses internes ».

Victorine Dartois a été tuée, ce n’est plus seulement une hypothèse, par noyade et « avec l’intervention d’un tiers », a précisé mercredi 30 septembre le parquet de Grenoble. Lundi 28 septembre, une enquête pour « enlèvement, séquestration et homicide volontaire » a été ouverte peu après la découverte du corps de cette étudiante de 18 ans dans un cours d’eau proche de son domicile de Villefontaine (Isère).

Le premier examen mené sur les lieux par un légiste, lundi 28 septembre, ainsi qu’un scanner réalisé le lendemain n’avaient pas permis d’établir les causes de la mort. Ce sont les conclusions de l’autopsie révélées le 30 septembre par le procureur adjoint de Grenoble, Boris Duffau, qui ont confirmé la piste criminelle.

Lire aussi:   Assassinat de Samy Paty: Voici des images de Abdoullakh Anzorov le meurtrier

Le rapport d’autopsie parle ainsi d’« une mort par noyade avec intervention d’un tiers en raison de multiples ecchymoses internes retrouvées sur le corps de la victime », a annoncé Boris Duffau, précisant que « si aucune trace de violence sexuelle n’a été constatée, il n’est pas pour autant possible à ce stade de l’enquête d’écarter cette hypothèse ». Des analyses complémentaires sont en cours, selon l’avocate de la famille Dartois, Kelly Monteiro. Aucun autre détail, comme le moment du décès, n’a été pour l’instant rendu public afin de respecter « le secret et l’efficacité » de l’enquête, a précisé le magistrat.

Retracer le parcours exact de Victorine

Depuis le début de la semaine, quarante-sept enquêteurs de la section de recherches de la gendarmerie de Grenoble ont été mobilisés « pour effectuer notamment une enquête de voisinage et entendre tout témoin utile », a précisé le parquet de Grenoble. Un numéro vert a d’ailleurs été mis en place pour recueillir d’éventuels témoignages (0 800 200 142).

Lire aussi:   La France passe à l’heure d’hiver ce week-end

Les enquêteurs tentent de retracer le parcours exact de Victorine Dartois au moment de sa disparition dans la soirée du samedi 26 septembre, entre Saint-Bonnet et Les Fougères, deux quartiers de Villefontaine. Victorine Dartois venait de quitter des amis avec qui elle avait fait du shopping et rentrait chez elle à pieds. Elle a passé un dernier appel à sa famille à 19 heures alors qu’elle se trouvait à proximité d’un stade (le stade de la Prairie), situé à quelques centaines de mètres du cours d’eau où son corps a été retrouvé.

Une marche blanche organisée dimanche

Ses parents avaient donné l’alerte dès 21 h 30 à la gendarmerie de Villefontaine, qui avait mobilisé 130 militaires, un hélicoptère et une équipe cynophile pour la retrouver, selon le commandant de la compagnie de gendarmerie de Bourgoin-Jallieu, Sylvain Bosserelle.

Lire aussi:   Samuel Paty « méritait » de mourir: Ce que la justice a infligé à l'étudiante qui a salué le meurtre du professeur.

Romane, la sœur de Victorine qui communique au nom de la famille Dartois sur les réseaux sociaux, a annoncé la tenue d’une marche blanche, dimanche 4 octobre à 14 h 30, dont le point de départ sera communiqué ultérieurement. Romane Dartois a aussi tenu à remercier, comme elle l’avait déjà fait cette semaine, les nombreuses personnes qui ont exprimé leur soutien à sa famille. « Vos paroles nous touchent, nous font verser des larmes… Vous êtes extraordinaires », a-t-elle écrit sur sa page Facebook.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici