Mort de Victorine Dartois: L'autopsie pointe vers la thèse du meurtre

Mort de Victorine Dartois: L’autopsie pointe vers la thèse du meurtre. La jeune femme de 18 ans, dont le corps a été retrouvé lundi en Isère, est morte par noyade avec « intervention d’un tiers », selon le parquet. L’autopsie n’a pas révélé de trace de violence sexuelle mais cette hypothèse ne peut pas être écartée à ce stade, explique le procureur adjoint.

On en sait plus sur les causes de la mort de Victorine Dartois. La jeune fille qui avait disparu samedi soir à Villefontaine (Isère), a été retrouvée morte lundi immergé dans un ruisseau. Les conclusions de l’autopsie, communiquées par le parquet ce mercredi 30 septembre, révèlent qu’elle est morte de « noyade avec intervention d’un tiers ».

Ces conclusions « évoquent une mort par noyade avec intervention d’un tiers en raison de multiples ecchymoses internes retrouvées sur le corps de la victime », écrit le procureur adjoint Boris Duffau qui précise que, « si aucune trace de violence sexuelle n’a été constatée, il n’est pas pour autant possible à ce stade de l’enquête d’écarter cette hypothèse ».

Boris Duffau a aussi indiqué qu’aucun autre détail, comme le moment du décès, ne sera donné pour respecter « le secret et l’efficacité » de l’enquête, qui doit encore reconstituer le parcours de l’étudiante depuis qu’elle a quitté samedi ses amis pour rejoindre le domicile familial.

« La thèse d’une mauvaise rencontre »

L’avocate de la famille, Me Kelly Monteiro, a parlé sur BFMTV d’une forme de « soulagement » des parents, des sœurs et du frère de Victorine qui ne croyaient pas à la piste accidentelle. Pour eux, l’autopsie vient « accréditer la thèse d’une mauvaise rencontre ».

Elle permet de réduire le champ des hypothèses alors que le premier examen mené sur les lieux par un légiste n’avait apporté aucune certitude lundi, tout comme le scanner réalisé sur sa dépouille mardi.

La jeune fille a disparu samedi après avoir passé un dernier coup de téléphone à 19 h. Après avoir loupé son bus, elle avait prévenu ses parents qu’elle rentrait finalement à pied au domicile familial. Elle n’est jamais arrivée.

Lundi, le corps a été retrouvé immergé dans un ruisseau d’une zone boisée, difficile d’accès, non loin d’un stade où la jeune fille aurait passé son dernier appel téléphonique. Une enquête est ouverte pour « enlèvement, séquestration et homicide volontaire ».

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici