Mort de Victorine Dartois: un suspect en vue

Mort de Victorine Dartois: un suspect en vue. L’enquête sur la mort tragique en Isère de Victorine Dartois semble être un cas d’homicide très difficile à résoudre par les enquêteurs. Pour la famille de l’étudiante, le travail de la justice va bientôt porter ses fruits.

Une enquête est en cours pour tenter d’identifier un suspect. La police n’exclut aucune hypothèse. « Rôdeur, vol qui aurait mal tourné… toutes les pistes sont envisagées. On peut aussi avoir affaire à une connaissance de la victime, une discussion qui dégénère, une dispute… », a détaillé une source proche de l’enquête contactée par Le Parisien dont Planet.fr se fait l’écho.

Dans l’entourage de Victorine, retrouvée morte le lundi 28 septembre dernier dans un ruisseau de Villefontaine, l’heure est aux questionnements. Interrogé par Le Parisien, l’un des amis de la jeune fille décédée a déclaré : « Il faut que l’on sache. On se demande tous qui a fait ça, si c’est le malheur du hasard, si c’est quelqu’un que l’on connaît. » Et un autre d’ajouter : « Il faut qu’il soit arrêté, et vite. Pour la famille évidemment, mais pour toute la ville aussi. »

Interviewée par nos confrères de Marianne ce vendredi, l’avocate de la famille de Victorine Dartois, Me Kelly Monteiro, a affirmé que « toutes les hypothèses sont envisagées. Celle d’un ou de plusieurs tueurs, comme celle d’une rencontre avec un pervers ou même avec quelqu’un de sa connaissance ». Elle a ajouté : « Vous n’imaginez pas à quel point pour cette famille sans histoire aujourd’hui détruite, absolument personne n’avait de raison d’en vouloir à Victorine. »

Le commandant de la Section de recherche de Grenoble, le colonel James a révélé une partie de l’avancée de l’enquête au cours de la conférence de presse du lundi 5 octobre. Lors de la journée du samedi 26 septembre, le jour où Victorine a été portée disparue, 1100 véhicules et 63 piétons étaient présents. Ils ont tous été identifiés par les enquêteurs. Les 1100 conducteurs de ces moyens de locomotion sont habitués à circuler près des lieux où le corps de Victorine a été découvert. Ils ont été contactés par les enquêteurs afin de recueillir des témoignages qui permettraient d’élucider ce meurtre.

Un policier de la région lyonnaise a confié à nos confrères de Marianne à quel point la résolution de l’affaire liée à la mort de la jeune Victorine s’avère complexe. « Dans ce genre d’histoire, on pense d’abord à un petit ami éconduit. Mais si ce n’est pas le cas, il faut partir sur la trace d’un inconnu, et ce sont les enquêtes par définition les plus difficiles, celles où il n’y a aucun lien entre la victime et le tueur ». Dix enquêteurs sont mobilisés chaque jour au sein de la cellule d’enquête nommée HomRoche pour faire la lumière sur les circonstances du décès de la jeune femme âgée de 18 ans.

Advertisement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici