Mort de Victorine: Les zones d'ombre de l'enquête

Mort de Victorine: Les zones d’ombre de l’enquête. L’autopsie du corps de Victorine, retrouvé lundi 28 septembre, a confirmé la piste criminelle dans la mort de la jeune femme, décédée par « noyade avec intervention d’un tiers ». Certains éléments n’ont toutefois pas encore été rendus publics par les enquêteurs, à l’image des résultats d’analyses de l’eau présente dans les poumons de Victorine, qui permettront de savoir si son corps a été déplacé ou non. De même, les résultats des analyses toxicologiques, qui pourront déterminer si la jeune femme a été droguée ou non, ne sont pas encore connus.

Après la disparition de Victorine, signalée par sa famille, d’importants moyens de recherche ont été déployés pour retrouver la jeune femme de 18 ans, notamment un hélicoptère, une équipe cynophile et 130 militaires mobilisés sur le terrain. Le corps de Victorine a finalement été retrouvé lundi 28 septembre dans un ruisseau, non loin de son domicile.

Lire aussi:   Inscriptions sur Campusen non effectives ou le grand errement des autorités sénégalaises

Selon la famille et les proches de Victorine, qui n’ont jamais cru à la piste accidentelle, les résultats de l’autopsie du corps de la jeune femme accréditent la thèse d’une « mauvaise rencontre », a expliqué leur avocate Me Kelly Monteiro sur BFMTV. L’hypothèse de violences sexuelles n’a pas encore été infirmée ou confirmée.

Après la découverte, lundi 28 septembre, du corps de Victorine, morte par « noyade avec intervention d’un tiers », les enquêteurs de la section de recherche de Grenoble cherchent désormais à reconstituer le parcours de la jeune femme de 18 ans. Outre l’analyse de ses effets personnels et des images de télésurveillance, l’enquête vise également à recueillir les témoignages du voisinage ou de toute autre personne susceptible d’avoir des informations. Pour l’heure, aucun suspect n’a été identifié.

Lire aussi:   In memoriam: Victorine Dartois tuée à la fleur de l'âge par un "bras du mal"

L’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie (IRCGN) doit procéder actuellement à trois types d’analyse : la recherche d’ADN, celle d’empreintes digitales, et enfin celle qui vise à faire émerger des éléments pileux ou des fibres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici