Home Société Nigéria: Le chanteur de gospel nigérian, Yahaya Sharif-Aminu, condamné à mort pour blasphème devant un tribunal de la Charia

Nigéria: Le chanteur de gospel nigérian, Yahaya Sharif-Aminu, condamné à mort pour blasphème devant un tribunal de la Charia

0
Nigéria: Le chanteur de gospel nigérian, Yahaya Sharif-Aminu, condamné à mort pour blasphème devant un tribunal de la Charia

Nigéria: Le chanteur de gospel nigérian, Yahaya Sharif-Aminu, condamné à mort pour blasphème devant un tribunal de la Charia

Un tribunal nigérian de la charia à Kano a condamné à mort un chanteur de gospel de 22 ans par pendaison pour blasphème présumé dans une chanson que le chanteur a écrite et diffusée sur WhatsApp.

Le tribunal supérieur de la charia de Hausawa Filin Hockey a déclaré Yahaya Sharif-Aminu coupable d’avoir blasphémé le prophète Mahomet en louant un imam local de la confrérie musulmane de Tijaniya dans une ligne d’une chanson diffusée par Sharif-Aminu en mars.

Sharif-Aminu n’a pas nié les accusations.

Le juge de la charia Aliyu Muhammad Kani a déclaré que Sharif-Aminu pouvait faire appel de la décision dans les 90 jours.

Le procureur, l’inspecteur Aminu Yargoje, a déclaré que le verdict était juste car il dissuaderait de futurs blasphèmes dans l’État.

Les tribunaux de la charia sont un système judiciaire distinct exclusivement musulman utilisé avec les tribunaux civils dans les régions à majorité musulmane du Nigéria. Les condamnations à mort prononcées par les tribunaux de la charia ont rarement été exécutées, la dernière exécution ayant eu lieu en 1999, selon BBC News.

La Cour suprême civile peut annuler une condamnation à mort prononcée par les tribunaux de la charia.

Sharif-Aminu est entré dans la clandestinité après la diffusion de sa chanson, mais des jeunes manifestants en colère ont incendié la maison de sa famille et ont exigé une action de la police islamique, appelée Hisbah.

«Quand j’ai entendu parler du jugement, j’étais si heureux parce qu’il montrait que notre protestation n’était pas vaine», a déclaré lundi le chef des manifestants, Idris Ibrahim.

Mais d’autres jeunes Nigérians ont été bouleversés par la décision.

“Personne ne devrait jamais être condamné à mort pour blasphème”, a tweeté le jeune réalisateur Enioluwa Adeoluwa . “Il s’agit d’une violation extrême des droits de l’homme et le FG doit agir pour empêcher l’exécution de la sentence. C’est Sharif-Aminu aujourd’hui, ce sera peut-être vous demain.”

Sharif-Aminu n’est pas un chanteur bien connu au Nigéria, étant l’un des nombreux musiciens de gospel au sein de la secte de la confrérie musulmane de Tijaniya, a rapporté la BBC. Il est actuellement détenu en prison.

Un autre membre de la secte Tijaniya a été condamné à mort par les tribunaux de la charia en 2016 et est toujours en prison. Abdulazeez Inyass a été reconnu coupable de blasphème à Kano après un procès secret pour avoir prétendument proclamé que le fondateur de Tijaniya, Sheikh Ibrahim Niasse “était plus grand que le prophète Muhammad” lors d’un sermon.

Des manifestants outrés lors du procès d’Inyass ont incendié le palais de justice, a rapporté la BBC.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here