Home Faits-Divers Prise d’otages en Casamance: Trois jeunes hommes retenus par des individus armés non-encore identifiés

Prise d’otages en Casamance: Trois jeunes hommes retenus par des individus armés non-encore identifiés

0
Prise d’otages en Casamance: Trois jeunes hommes retenus par des individus armés non-encore identifiés

Prise d’otages en Casamance: Trois jeunes hommes retenus par des individus armés non-encore identifiés. Des jeunes, au nombre de vingt-et-un (21) ont été kidnappés par un groupe de personnes armées, non encore identifié, dans la forêt de Bissine, en Casamance, dans le sud du pays. Parmi eux, dix-huit (18) ont été libérés et trois (3) autres toujours retenus.

Selon la Rfm qui donne l’information, ces jeunes étaient partis chercher du Saba senegalensis (made, en wolof). Et malheureusement pour eux, ils sont tombés sur des gens armés. Casamance otages

La Casamance est frontalière de la Gambie au nord, de la Guinée-Bissau et de la Guinée au sud et de la région de Tambacounda délimitée par la rivière Koulountou à l’est. Elle est bordée par l’océan Atlantique à l’ouest. La Casamance représente un septième de la superficie totale du Sénégal.

La Casamance a été subdivisée en 1984 en deux nouvelles régions administratives : Ziguinchor et Kolda. En 2008, la région de Kolda a été à son tour subdivisée en deux nouvelles régions : Kolda et Sédhiou. La Casamance compte donc trois régions administratives, à savoir de l’ouest à l’est :

la région de Ziguinchor (anciennement appelée Basse Casamance) à l’ouest. Les plus grandes villes sont Ziguinchor, Bignona, Oussouye, la station de tourisme de cap Skirring et celle de Kafountine,
la région de Sédhiou nouvellement créée en 2008,
et la région de Kolda (anciennement moyenne Casamance) à l’est. Villes principales : Kolda, Vélingara
La région de Tambacounda était anciennement une partie de la Casamance historique. Par décret présidentiel, elle a été coupée de la Casamance pour prendre le nom de Sénégal oriental à partir de 1962.

Les habitants de la Casamance se nomment « Casamançais ».

Les Diolas sont l’ethnie majoritaire, ils parlent le diola (jóola) ou ajamat, avec les dialectes comme boulouf, fogny et kasa. Les Diola représentent environ 60 % de la population. Les Wolof, qui constituent le groupe ethnique le plus important au Sénégal, ne représentent que 5 % de la Casamance.

Les Diolas sont majoritairement musulmans (75 %), 17 % sont chrétiens, principalement catholiques (diocèses Kolda et Ziguinchor). 8 % sont engagés dans des cultes régionaux animistes. Le reste de la population sénégalaise est musulmane à 94 %, la Casamance compte donc une plus grande proportion de chrétiens que le reste du pays.

La région diffère également du point de vue linguistique du reste du Sénégal. Le Crioulo, une langue créole africaine de souche portugaise qui remonte à l’époque des souverains coloniaux portugais, est courante ici. Le Sénégal a le statut d’observateur dans la communauté des pays de langue portugaise.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here