Home Politique RDC : les catholiques exigent la fin de la coalition Félix Thsisekedi – Joseph Kabila

RDC : les catholiques exigent la fin de la coalition Félix Thsisekedi – Joseph Kabila

0
RDC : les catholiques exigent la fin de la coalition Félix Thsisekedi – Joseph Kabila

RDC : les catholiques exigent la fin de la coalition Félix Thsisekedi – Joseph Kabila

Alors qu’entre la formation de Félix Thsisekedi et celle de son prédécesseur Joseph Kabila, les couteaux sont presque tirés, l‘Église catholique s’invite au débat.

Mardi, l’archevêque de Kinshasa s’est prononcé en faveur de la fin de la coalition au pouvoir dans son pays. Pour Frindolin Ambongo, les coalisés ne se font plus confiance.

Et le responsable de la brouille au sommet de l’Etat est connu pour l’archevêque : la majorité parlementaire détenue par l’ancien président Joseph Kabila.

Distribuant les mauvaises notes, l’archevêque de Kinshasa accuse la présidente de l’Assemblée nationale congolaise, de mépris au sujet du renouvellement à la tête de la commission électorale. Tout en appelant, les catholiques à se mettre en ordre de bataille sur la question.

Autre pomme de discorde entre les alliés en RDC, les réformes de la justice initiées par des débutés pro-kabila.

Reste à savoir si la scène de ménage entre le front commun pour le Congo de Joseph Kabila et la Cap pour le changement de l’actuel président ira jusqu’au divorce avec en filigrane, l’incertitude politique pour la République démocratique du Congo.

Le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo a signé ce mardi 30 juin 2020 une ordonnance portant mesure collective de grâce.

Comme l’explique l’exposé de motif de cette ordonnance, le Chef de l’Etat a voulu « marquer d’un caractère particulier d’humanité, de pardon et de justice, le 60ème anniversaire de l’accession du pays à l’indépendance ».

Par cette mesure, « la remise de la peine restant à exécuter est accordée à toute personne condamnée à une peine de servitude pénale ou des travaux forcés inférieure à 5 ans par décision judiciaire devenue irrévocable à la date du 30 juin 2020 ».

Outre la remise des peines, le Président de la République accorde la réduction de 5 ans de la peine restant à subir à toute personne condamnée à une peine de servitude pénale ou des travaux forcés égale ou supérieure à 5 ans.

Les condamnés à la peine des morts bénéficient de la commutation de leurs peines en servitude pénale à perpétuité, tandis que les condamnés pour la servitude pénale à perpétuité verront leurs peines commuées à 20 ans de servitude pénale.

Par contre, ne bénéficient pas de cette mesure : les condamnés fugitifs ou latitants, les personnes condamnées pour des crimes contre la paix ou la sécurité de l’humanité, aux personnes condamnées pour violence sexuelle, détournement ou concussion, corruption, rémunération illicite, assassinat, meurtre, vol à mains armées, associations des malfaiteurs, atteinte à la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat, etc.

Cette mesure du Chef de l’Etat aura sans doute des conséquences sur des prisonniers dits politiques, à condition que leurs condamnations ne soient pas définitives, c’est-à-dire qu’il ne soient plus susceptibles de voie de recours.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here