Victorine Dartois n'a pas été violée par son assassin. C'est une information confirmée par le procureur de la République

Victorine Dartois n’a pas été vi0lée par son assassin. C’est une information confirmée par le procureur de la République. La jeune étudiante retrouvée morte au bord d’un ruisseaux en Isère n’a pas subi de violences $exuelles.

Une information judiciaire a été ouverte contre X et une cellule d’enquête créée en vue de poursuivre l’enquête sur la disparition de Victorine Dartois, le jeune fille de 18 ans retrouvée morte lundi dernier dans un ruisseau de l’Isère.
Une semaine après la découverte du corps de Victorine Dartois, une cellule d’enquête a été créée et une information judiciaire ouverte contre X par le parquet ce lundi matin, afin de poursuivre les investigations dans un cadre juridique. Trois juges d’instruction ont donc été désignés pour mener l’enquête sur cette disparition, et ceux-ci vont pouvoir avoir des moyens élargis pour travailler sur cette affaire.

Lire aussi:   France: Trois personnes tuées et plusieurs blessées dans l'attaque au couteau de Nice

« De nombreuses investigations ont été réalisées par les gendarmes et de très nombreuses données ont été engrangées et vont faire l’objet d’exploitations », a fait savoir Boris Duffau, le procureur adjoint de la République de Grenoble, lors d’une conférence de presse. À partir de ce lundi, « 10 enquêteurs vont se consacrer exclusivement à l’enquête avec des moyens financiers supplémentaires ».

Une quarantaine d’enquêteurs mobilisés

« Une quarantaine d’enquêteurs travaillent chaque jour sur cette affaire (…) », a précisé Lionel James, commandant de la section de recherches de Grenoble, ajoutant que « 305 appels avaient été passés au numéro vert » pour apporter des témoignages pouvant être utiles à l’enquête. Par ailleurs, 130 auditions de témoins ont déjà été menées par les gendarmes et 662 personnes ont été contactées dans le cadre de l’enquête de voisinnage.

Lire aussi:   Après Nice, un homme attaque des passants avec un couteau à Avignon

Enfin, le commandant a indiqué à la presse que les enquêteurs étaient entrés en contact avec 1100 automobilistes et 63 piétons samedi 3 octobre, entre 18 et 20 heures, dans le secteur de la disparition de la jeune Victorine, dans l’espoir de reccueillir des témoignages complémentaires.

Une enquête pour meurtre, enlèvement et séquestration avait été ouverte la semaine passée dans le cadre de la disparition et de la découverte du corps de Victorine, la thèse accidentelle ayant été formellement écartée. Une foule impressionnante de plusieurs milliers de personnes a participé dimanche à Villefontaine à une marche blanche en hommage à l’étudiante de 18 ans retrouvée morte en début de semaine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici