Home Célébrités YouTube supprime la chaîne officielle de Dieudonné, voici la raison

YouTube supprime la chaîne officielle de Dieudonné, voici la raison

0
YouTube supprime la chaîne officielle de Dieudonné, voici la raison

YouTube supprime la chaîne officielle de Dieudonné, voici la raison

La plate-forme américaine de vidéos a décidé de supprimer la chaîne du polémiste français « suite à des enfreintes répétées à notre règlement de la communauté YouTube ».

Dieudonné n’est plus sur YouTube. Condamné à plusieurs reprises pour des propos négationnistes et antisémites, le polémiste français a vu sa chaîne intitulée « iamdieudo4 » disparaître, lundi 29 juin. Cette chaîne comptait plus de 550 vidéos et plus de 450 000 abonnés. Contacté par Le Monde, YouTube confirme avoir procédé à sa suppression « suite à des enfreintes répétées à notre règlement de la communauté YouTube ».

Ce n’est pas la seule chaîne problématique à avoir disparu ces dernières heures. Celles du néonazi Richard Spencer, de l’ancien leader du Ku Klux Klan David Duke ont ainsi également été supprimées. YouTube précise avoir « renforcé ses règlements sur les discours haineux en juin de l’année dernière » et avoir procédé ces dernières heures à la fermeture de plusieurs chaînes de figures du suprémacisme blanc aux Etats-Unis.

Contacté par Le Monde, YouTube affirme que ces fermetures ne sont pas concomitantes, mais qu’elles sont le résultat du renforcement de son règlement datant de juin 2019. YouTube explique ainsi qu’il ne s’agit donc pas de trois cas isolés, et que 25 000 chaînes ont été supprimées depuis cette mise à jour. La plate-forme détenue par Google précise que si le polémiste ne pourra plus revenir sur la plate-forme avec un compte à son nom, des vidéos dans lesquelles il figure pourront toujours être visibles si elles n’enfreignent pas les règlements.

Dieudonné publiait une vidéo quotidiennement dont le nombre de vues « pouvait dépasser facilement les 150 000 vues en vingt-quatre heures », rappelle Numerama. Surtout, « le nombre de vues sur ses vidéos était en forte hausse depuis le mois de février 2020, passant de 2,5 millions de vues cumulées à 7,5 millions en mai 2020 ». Le site ajoute :

« Dans plusieurs de ces vidéos, nous avions repéré de nombreuses accusations antisémites, parlant notamment de “haine hystérique juive” ou lançant des phrases, comme “Jésus est venu nous libérer des escrocs du Temple.” La grande majorité, à la fois des commentaires et des vidéos de Dieudonné, parvenait à surfer sur la “limite” des règles de YouTube — le polémiste lançait parfois des sourires à la caméra en rajoutant un “pas d’incitation à la haine, bien sûr.” »

Une première suppression en 2014
En 2014, YouTube avait déjà supprimé sa chaîne suivie par 33 000 personnes après une vidéo sur la décapitation du journaliste James Foley. YouTube avait alors avancé des « cas graves ou répétés de non-respect du règlement de la communauté et/ou des réclamations pour atteinte aux droits d’auteur », pour justifier sa décision.

Quelques mois plus tard, Dieudonné avait cependant pu faire son retour sur la plate-forme détenue par Google avec une nouvelle chaîne, « iamdieudo4 », qui vient donc d’être bannie. Contacté, YouTube précise que la création de ce deuxième espace de Dieudonné était antérieur à la suppression du premier et qu’à l’époque cette chaîne n’enfreignait pas les conditions d’utilisation.

Plusieurs organisations se sont félicitées de la décision prise par YouTube. Sur Twitter, la Licra célèbre « un petit pas pour les réseaux sociaux mais un grand pas pour l’universalisme ».

De son côté, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), régulièrement prise pour cible par Dieudonné, déclare que « cette fermeture fait suite à l’action de l’UEJF et de ses partenaires antiracistes qui combattent depuis des années, au jour le jour, la propagation des idées racistes, antisémites et négationnistes du pseudo humoriste. Pour rappel, ce sont, ces derniers mois, des dizaines de vidéos antisémites, diffamatoires et menaçant directement l’UEJF et ses militants que nous avions signalées à YouTube ».

Dieudonné a pris acte de cette suppression, mais assure qu’elle est due « à des pressions israéliennes », en mettant sous son message une capture d’écran du tweet de l’UEJF, une association française. Les pages Facebook et Twitter de Dieudonné sont, elles, toujours en ligne.

Ses fans crient à la censure. Mais les associations antiracistes qui dénoncent régulièrement ses vidéos, souvent antisémites, s’en réjouissent. Lundi 29 juin, dans la soirée, la chaîne YouTube du polémiste Dieudonné M’bala M’bala a été fermée. Et ses interventions filmées se sont ainsi retrouvées effacées de la Toile mondiale.

Cette fermeture intervient quelques heures après celle d’autres comptes de personnalités, accusées, aux États-Unis, de propager des discours de haine raciale. Plusieurs suprémacistes blancs, dont Richard Spencer et David Duke (membre du Klu Klux Klan), ont ainsi vu leurs vidéos disparaître.

La direction de la plateforme Internet américaine qui appartient au groupe Google a publié un communiqué pour expliquer son geste : «  Après avoir mis à jour nos règlements pour mieux résoudre la question des contenus suprémacistes, nous avons assisté à une multiplication par cinq du nombre de vidéos retirées et nous avons mis fin à plus de 25 000 chaînes pour violation de nos règles sur les discours de haine  », affirme le groupe dans un communiqué.

L’antenne française de YouTube n’a, pour sa part, pas encore justifié cette fermeture. Mais Noémie Madar, présidente de l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) qui avait été, à plusieurs reprises, prise à partie par Dieudonné, rappelle que l’ancien humoriste multipliait, depuis plusieurs mois, les prises de parole ouvertement haineuses. Plusieurs d’entre elles avaient d’ailleurs fait l’objet de poursuites judiciaires par son association comme par SOS Racisme ou encore la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra).

« Les dernières vidéos de Dieudonné, publiées au moment du confinement, trahissent l’obsession antijuive de leur auteur. L’ancien humoriste y multiplie les poncifs antisémites, accusant les « israélites » de menacer la paix dans le monde, mais aussi de promouvoir la haine contre les non juifs et contre la France », observe la jeune femme, qui a alerté à plusieurs reprises les autorités contre ces contenus qui, « sous prétexte d’humour […], promeuvent une idéologie de haine à une audience particulièrement large (438 000 abonnés et des vidéos visionnées jusqu’à 2,5 millions de fois) ».

La plateforme YouTube n’est pas la seule à réagir contre ce fléau. Les sites Reddit et Twitch ont également procédé à de nombreuses fermetures de comptes xénophobes. Ces groupes entendent désormais barrer la route à «  toute vidéo affirmant qu’un groupe (est) supérieur afin de justifier la discrimination, la ségrégation ou l’exclusion, en se basant sur des attributs comme l’âge, le genre, les origines, la caste, la religion, l’orientation sexuelle…  ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here